Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Photo

    Une photo de vous et du dernier Pratchett, parce qu'il le vaut bien. Et vos lecteurs ont de la chance, vous vous êtes rasé ce matin! =D

     

    1127873421.jpg

     La classe non? XD (remarquez le jouliet vieux Faucon Millenium au-dessus de Gaston Lagaffe :P)

  • Timbré

    Tel est le titre du dernier Terry Pratchett qui vient de paraître. Et un nouveau Pratchett, pour vous, c'est comme une mâne du ciel. Vous ne vous en lassez pas: vous en avez déjà lues cent-cinquante et quelques pages et c'est toujours aussi bon, aussi drôle, aussi incisif, aussi pertinent, aussi anglais et aussi profond. Des personnages hauts en couleur, un univers fantastique travaillé et, surtout, une bonne dose d'humour lié à une intelligence subtile offrant comme toujours de nombreuses pistes de réflexions. Et tout cela superbement traduit de l'anglais par Patrice Couton, traducteur officiel de Pratchett dont le talent et la fidélité de traduction sont exemplaires.

     

    Ce livre aura mis du temps à parvenir jusqu'à vos vertes contrées: il n'est sorti que ce mois en Suisse alors qu'il a été écrit en 2004 en Angleterre. Mais ce trentième roman de la fabuleuse série des Annales du Disque-Monde -que vous conseillez fortement à tout lecteur intelligent et vif d'esprit appréciant autant le rire que les larmes, le burlesque que l'épique. vous allez le savourez! En effet, vous avez appris en surfant sur le net que Terry Pratchett souffrait d'alzheimer et, dorénavant, chacune de ses publications revêtira pour vous une importance toute particulière quand vous les aurez entre les mains; sans compter les anciennes, que vous relisez régulièrement et toujours avec le même plaisir.

     

    Car s'il y a bien un auteur dont vous vous réclamez, ou du moins que vous considérez comme un maître de l'écriture, c'est bien Terry Pratchett. 

    En bonus, le quatrième de couverture de ce trentième opus du Disque-Monde, qui se révèle déjà excellent après quelques cent-cinquante pages (sur près de cinq cents):

     

    " "Je vous offre un emploi, monsieur Lipwig, déclare le Patricien. Celui de ministre des postes".

    Pour Moite von Lipwig, imposteur, arnaqueur professionnel, faux et usage de faux, recel d'abus de toute sorte, le choix est simple: remettre sur pied le service postal moribond d'Ankh-Morpork ou... la corde. Une décision épineuse.

    Mais peut-être faut-il un filou pour réussir là où tant de ses prédecesseurs ont échoué. Surtout que la compagnine interurbaine des clic-clac (Note de vous: les clic-clac sont l'équivalent du télégraphe dans le Disque-Monde) est tombée aux mains de financiers peu scrupuleux (sauf pléonasme).

    Alors... Assistera-t-on à une tentative de rédemption dans le monde timbré du courrier, un monde en attente d'un affranchi?"

     

     Et oui, chaque annale du Disque-Monde a un thème, et c'est maintenant à la poste que s'attaque Terry Pratchett avec le talent, l'humour et l'intelligence que l'on lui connaît! Et quand un des personnages est un golem qui 'appelle Monsieur Lapompe, on ne peut s'attendre à que du bon!

     

    Et en extra-bonus, la première phrase du chapitre un, qui donne tout de suite le ton:

     "On dit que l'idée d'être pendu au petit matin aide considérablement l'esprit du condamné à se concentrer; malheureusement, il se concentre inévitablement sur le fait qu'il habite un corps qu'on va pendre au petit matin."

     

    Allez, vous avez encore plus de trois cents pages à lire! -^^-