Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 7

  • Catharsis

    Sans-doute le texte le plus personnel, sincère et non forcé que j'ai écrit depuis bien, bien trop longtemps. Ça fait du bien.

    _____________________________________________________________________________

     

    Ce soir, vous avez eu envie de sortir. Comme ça, tout à coup, hop, sans avoir à la base rien prévue d'autre que de rester tranquillement chez vous à jouer à un jeu vidéo ou bouquiner du Terry Pratchett (depuis la mort de cet homme -qui, même si vous ne l'avez jamais rencontrée, était ce qui se rapprochait le plus pour vous d'un mentor, ou au moins de l'homme le plus humain que dont vous ayez déjà suivi le travail- vous vous êtes décidés à lire tous les romans de sa plume que vous n'aviez encore jamais lu, à savoir principalement ses quelques premiers romans, les pre-Disque-Monde, sa serie phare). Bref, vous êtes alors retrouver au début de votre soirée à vous habiller en bondissant partout (et ce n'est pas facile de s'habiller en bondissant, laissez-moi vous le dire ! Surtout pour les boutons. On peut plonger dans plein d'habits, mais dès qu'il y a des boutons, ça complique tout). Si vous bondissez, c'est parce que vous avec un besoin de dehors, de grand air et d'espace comme cela ne vous arrive pas que peu. Et pas le besoin légitime et vivifiant de l'homme jugeant qu'il n'a que trop longtemps été enfermé entre ses quatre murs et qu'il est temps pour lui de communier à nouveau avec la nature, l'exercice et -s'il se sent d'humeur chafouine- de tenter à nouveau d'aller dragouiller la nana qui promène son chien tous les jours à la même heure (au risque de décevoir mon lectorat et pour m'éviter d'avoir par la suite à revenir là-dessus à la moindre occasion, il n'y a pas de nana qui promène son chien tous les jours à la même heure dans ma vie. C'était un exemple comme ça. Tous les jours ou presque, à la même heure ou presque, la nuit il n'y a que des renards qui jappent sous les fenêtres.). Non, ce qui vous a étreint tel le désespéré son dernier ticket de loterie gagnant, c'est cette désagréable énergie surexcitée née de l'angoisse. Car l'angoisse, quand elle descend de son arbre triste et pollué pour venir vous étreindre de ses molles tentacules perfide, ce n'est pas toujours pour s'abattre sur vous telle la chape de plomb dont le but est de vous presser en forme de larve rongée par l'anxiété et incapable de faire quoi que ce soit de productif. Non, là, il s'agit de cette forme d'angoisse plus vicieuse, plus poissarde, qui va s'insinuer à travers tout vos orifices, vous noyant dans la piscine de l'anxiété, celle qui ne vous donne qu'une envie : commencer à sautiller sur place pour éviter de se noyer (ce qui explique le coup des boutons ; il faudrait déconseiller les boutons aux personnes anxieuses, si on n'a pas envie de les voir fiché dans une vitre après un lancer aussi précis que redoutablement puissant). Il s'agit de cette anxiété qui vous pousse à littéralement bouger dans tous les sens pour éviter qu'elle n'ait une emprise totale sur vous ; alors vous devenez malléable comme un marshmallow (mais en hélas beaucoup moins doux et sucré), à vous agiter dans tous les sens des fois que ça ferait tomber l'angoisse. Qui s'accroche comme un petit vampire sadique, persuadé en plus de vous faire une fleur en déversant en vous toute cette fausse énergie mal placée.

     

    Alors vous avez pris la décision de sortir, comme ça, d'un coup. C'était ça ou passer le rester de la soirée à tourner en rond, ce qui ne mène jamais très loin dans un sutdio : il faut dire que l'on commence à s'y ennuyer plutôt vite dans ces conditions. Mais aussi petit soit-il, vous serez en plus condamné à heurter votre petit orteil contre un meuble (deux fois), et finirez la soirée en hurlant dans votre oreiller, ce qui n'est quand même pas très recommandable ni pour vos voisins, ni pour vous, et ni pour l'oreiller (qui n'a rien demandé à personne, le pauvre : vos voisins non plus, mais il faut dire qu'ils vous ont coûté moins cher). Mais quitte à sortie pour essayer d'évacuer ce trop plein d'anxiété, autant voir les choses en grand ! Vous vous êtes rasé, douché, lavé les dents, et même retrouver un peu de parfum dans un coin que vous avez naïvement pulvérisé ici et là (la dernière goutte n'a sans doute pas encore fini de ronger la peau ; en plissant l'oreille, vous entendez encore le petit « psshhh »). Et plutôt que du sacro-saint t-shirt/jeans, vous y aller à fond, quitte à faire dans la démesure ! Ce sera la chemise rouge (avec les boutons), la meilleure paire de jeans (qui ne sert que pour votre bien), et le gilet sombre par-dessus la chemise (ce qui fait, vous l'aurez deviné, bien trop d'autres boutons à gérer, mais quitte à diriger votre anxiété quelque part, les boutons, c'est encore pas si mal). Montre gousset accrochée au gilet, mouchoir jaune dans la poche de devant, baskets noires, et petit chapeau en cuir noir. La veste du même tonneau, et c'est parti ! Oh, et n'oublions pas la cravate que vous casez, hop, dans le gilet ! Cravate nouée à l'avance il y a longtemps pour un jeu de rôles grandeur nature, et que vous n'avez jamais dénouée depuis. Et puis le moment est mal venu pour se mettre à apprendre comment nouer une cravate (à savoir un acte du diable offert à quelques élus qui peuvent maintenant passer tout leur temps à nouer celle des autres en leur faisant bien comprendre à quel points ce sont des idiots finis, parce que bon, Philippe, quand même, regarde comme c'est facile, fait un effort que diable!) Votre sac en bandoulière, et c'est le monde qui vous attend !

    Alors évidemment, il pleut, mais ce n'est pas grave. Vous aimez bien la pluie, et c'est une des rares choses qui pourraient apaiser un peu votre surexcitation angoissée ce soir. C'est à pieds que vous faites le trajet jusqu'au centre ville, de la musique dans les oreilles, et la pluie pour vous rafraîchir. Et la désagréable sensation d'être ridicule, engoncé ainsi dans vos vêtements assemblés au petit bonheur la chance. La prise de poids n'aide pas, et encore moins le gilet, qui se retrouve greffé maladroitement sur votre ventre. Tant pis, vous avez peut-être l'air d'un pingouin ou d'un clown (ou d'un clown pingouin : amusant ou terrifiant ? Faites votre choix.) mais bizarrement, sur le sujet de vos habits au moins, vous vous sentez bien. Vous êtes contents d'être habillé comme ça, maladroit ou non, ridicule ou non, et vous vous sentez presque à votre place tandis que vous déambuler d'un pas décidé sur le trottoir. Vous retirez un peu d'argent une fois au centre et vous laissez porter un peu au hasard, avant de vous diriger vers la Riponne, avec une petite appréhension au fond de la gorge. Vous ne l'avez pas revue, elle, et vous ne l'avez pas revu, lui, depuis leurs mensonges, et étant donné l'emplacement du m2 à la Riponne, ce lieu représente maintenant pour vous une sorte de nexus où vous seriez à plus le même de leur tomber dessus par hasard. Votre cœur -guère aidé par la surexcitation anxieuse, se met à battre la chamade tandis que vous regardez partout autour de vous sans réfléchir, dévisageant des passants qui auront certainement une de ces histoires marrantes à raconter quand on rentre à la maison, du genre « Et ben, y a un type bizarre en rouge avec chapeau, et beaucoup de boutons -bon sang Marie, t'aurais du voir les boutons- qui m'a un instant regardé comme si j'allais essayer de le manger. J'vois pas le risque franchement, je venais de m'enfiler une mitraillette au Bruxellois, c'est pas comme si j'aurais encore eu de la place. Ahlala, on rencontre décidément des gens bizarres partout, dans cette ville. Hé, y a quoi à la télé ? ». C'est totalement ridicule, mais comme vous ne les avez encore jamais revu depuis, vous avez presque envie que ça finisse enfin par arriver. Vous avez besoin de savoir comment vous vous sentirez à ce moment là. Si l'ignorance primera, ou si vous éviterez de justesse d'aller leur foutre un pain comme vous le fantasmer régulièrement depuis des mois (et pourtant, vous n'êtes pas du genre violent). Ou pire, que vous vous sentiez tout à coup appelé à la pitié et au dialogue ! Je crois que vous préféreriez encore partir en courant en hurlant très fort et levant les bras en l'air, Il y a un abcès à crever là-dedans, un bon gros abcès qui prend de plus en plus de place à l'intérieur de votre être, et que vous avez de plus en plus de mal à gérer. Vous êtes animés d'une telle colère, que ce soit contre ces deux zigotos ou contre votre mère par rapport à la bêtise qu'elle avait fait d'arrêter son traitement, que vous commencez à hurler et à vous lancer dans des tirs de canon d'injures lorsque vous êtes chez vous, et ce à la moindre raison, comme un truc que vous feriez tombez (et vu votre maladresse légendaire combinée à votre distraction maladive, autant dire que ça arrive souvent9 : Vous hurlez, vous tempêtez, vous insulter copieusement ces pauvres objets innocents qui n'y sont pour rien, les abreuvant d'insultes grossières dont vous n'avez pas l'habitude et qui choquerait pas mal de gens parmi ceux qui bien vous connaître. Et ensuite il y a les coups : les coups de poings et de pieds dans les portes, les lancements d'objets martyrisés et encore plus de hurlement, et de coup à vous démolir la main. Vous avez déjà fait un trou dans la table basse en bois du salon, que vous couvrez du mieux que possible avec votre ordinateur. Vous n'aimez pas en arriver à vous comporter ainsi, ce n'est pas vous. Ce n'était pas vous du moins, avant que des manches pareils réussissent enfin à vous mettre en colère et à comprendre ce que cela peut faire de détester viscéralement des gens pour la première fois de votre vie, vous qui aviez toujours cru que vous seriez incapable. Heureusement, vous cantonnez cette colère, cette violence dans la solitude de votre chez-vous (qui doit être incroyablement bien isolé, sinon les voisins seraient depuis longtemps venus tous unis sonner à ma porte, des fourches et des cordes dans les mains ; vous espérez vraiment, sincèrement n'en avoir embêté aucun). Et vous pensez toujours être incapable de faire du mal à quelqu'un : la seule pensée continue de vous répugner ; au moins une chose que ces deux là ne vous auront pas pris... Vous ne savez pas comment ni où déverser toute cette colère qui vous empoisonne et vous ronge petit à petit, une bile infâme et brûlante qui remonte dans votre gorge, tandis que vous frisez l'apoplexie en imaginant à quel point ces deux personnes n'ont rien compris de ce qui vous a vraiment blessé et mis en rogne, et continuent à vivre parfaitement dans leur bon droit. Franchement, vous ne savez pas ce que donnera le jour où vous les croiserez à nouveau, et vous avez aussi besoin de le savoir que vous en avez peur. Quant à votre mère... Vous ne la détestez pas, c'est une autre histoire. Vous avez de la colère contre elle que vous n'arrivez pas à ressortir directement : c'est jamais le bon moment, là elle est trop fragile, là elle récupère, etc. Mais ily a tant de choses passives agressives de votre fait que vous vous devez de régler avec elle, même si vous e savez pas comment. Parfois, il suffit qu'elle commence à parler du truc le plus banal pour vous agacer profondément. Autant chez elle que chez vous, il y a des soucis à régler, et vous ne désespérez pas d'y arriver un jour. Parce que c'est une femme formidable, et parce qu'il y a tant à gagner à dépasser tout ça ! Simplement, vous ne savez pas comment.

     

     Ce sont ces pensées en tête, colère bouillonnant dans vos veines, cœur battant à tout rompre à cause de l'anxiété, que vous traversez le pont Bessière dans le but d'aller manger un burger au Café Enning. Vous avez besoin de vous entourer de gens, et un bistrot vous semble parfait, surtout bondé comme ce soir. Vous pourrez vous contenter de vous immerger dans le monde et le bruit, comme si vous étiez vraiment entouré, sans avoir à faire l'effort si dur, souvent impossible pour vous, de prendre le contact avec un inconnu. Même avec vos proches, c'est une lutte de tous les instants : ils vous faut parfois plusieurs jours pour ne serait-ce que trouver le courage d'écrire un message à une pote ou d'appeler quelqu'un. Vous ne savez pas pourquoi, ce sont vos proches, ils vous aiment, vous les aimez, ils sont super, mais... ça ne suffit pas. Et de le dire comme ça, ça vous terrifie encore plus : vous êtes terrifié, tous les jours horriblement terrifié, de perdre des amis, de la famille, et ce même les gens les plus proches, juste parce que vous n'arrivez pas toujours à avoir le courage d'aller vers eux. Parfois vous aller y arriver sans trop de soucis, directement, parfois il vous faudra des jours voir une semaine pour rassembler le courage...aussi proche que puisse être la personne en question. Et vous avez très peur de les perdre avec le temps, qu'elles croient qu'elles ne valent pour vous pas la peine de faire le moindre effort, et qu'elles feraient mieux de vous oublier. Mais l'effort est là, seulement, il est juste tellement...gigantesque, alien, imprévisible, que vous n'avez aucun contrôle dessus. Si un jour vous abordez direct sans souci quelqu'un, et que pendant un temps tout semble normal, et que trois mois plus tard ce même quelqu'un n'a plus souvent de vos nouvelles parce qu'il vous faut tout à coup trois jours pour ne serait-ce qu'oser commencer un message, ce n'est pas parce que vous ne faites pas d'efforts ou que vous estimez moins ce quelqu'un, qu'il compte tout à coup moins pour vous. Au contraire, vous essayez désespérément de faire le plus gros effort du monde pour essayer de ne pas le perdre, seulement vous n'y arrivez pas toujours très bien. Ce n'est pas seulement une question de volonté, ou de lâcheté, ou de flemme, ou parce que vous ne tenez pas tant que ça à vos proches. C'est parce que vous ne pouvez vraiment pas faire autrement, que vous en sortir quand ça vous arrive demande de terribles efforts souvent invisibles, et que vous donneriez en fait n'importe quoi pour que vos proches acceptent de venir vers vous, même si c'est injuste pour eux que vous n'arriviez pas toujours à le leur rendre dans les deux sens ; pour que vous me donniez une chance. Parce que ce sera toujours plus facile dans ce sens là, même dans mes bons moments. Parce je n'arrive pas à gérer tous ces efforts, alors que je le voudrais tellement, parce que tous mes proches comptent tellement, tellement pour moi ! Alors si vous n'arrivez pas à aller vers eux, ce n'est par désintérêt, ou par complaisance (Oh, ils feront le boulot!), mais parce que vous n'arrivez pas à fonctionner autrement. Vous faites de votre mieux pour tordre cet aspect de maladie comme vous le pouvez, et de temps en temps, vous y arrivez un peu mieux que d'autre, mais vous serez sans doute toujours sous le joug de cette terrible restriction, comme vous comme pour tous vos proches, qui ne le méritent certainement pas.

     

    Au restaurant, après avoir manger, vous dessinez sur le set, le noircissant de traits de stylo jusqu'à ce qu'on ne voit pratiquement plus de blanc. Vous avez besoin de vous changez les idées. La serveuse vous rapporte de l'eau ; elle est gentille et jolie. Mais inutile de commenter à ce sujet : vous avez plus ou moins accepté qu'il n'était sans doute pas pour vous, d'arriver à fréquenter une nouvelle personne. Que pourriez-vous vraiment lui offrir ? Vous ne pourrez pas changer pour elle d'un coup de baguette magique, et vous êtes encore échaudé par la pression de la dernière personne qui avait essayé de vous changer selon ce qu'elle, elle attendait de vous. Depuis, vous avez vraiment fini par vous dire qu'une relation normale, fonctionnelle, ne serait jamais sûrement pour vous. Cette dernière personne vous a bien fait comprendre que vous ne seriez sans doute jamais capable d'assumer un vrai futur, et encore moins une famille. Ces termes vous ont grandement blessé. Que doit-on entendre par « vrai futur » ? C'est comme les gens qui vous demandent quoi de neuf, et qui sont déçu lorsque vous répondez que rien n'a changé ou, pire encore, qui vous prennent en pitié. Comme si à leurs yeux, votre vie ne pouvait être complète, valable, reconnue. Pourtant, vous en auriez des choses de neuf à raconter ! Les derniers épisodes de séries de ces jours étaient tous très bon dans leur ensemble, et vous aimez vraiment la direction que prennent Arrow et The Flash, tout en regrettant l'arrêt de Cougar Town et Hart of Dixie. Community est de retour, et cette série vous fait rire et réfléchir comme aucune autre ! C'est sans compter les livres que vous avez terminé ces derniers jours, pleins d'humanités et d'intelligence (merci sir Pratchett) où même les jeux vidéos, où vous avez exploré des paysages incroyables et tué un terrible dragon qui menaçait la région. Parce que vous ne travaillez pas, parce que vous n'êtes pas en couple, parce vos loisirs sont dans des pages, des écrans, votre imagination lorsque vous faites tout un week-end de jeu de rôles, méritent-ils d'être considérés comme avec aussi peu d'intérêts par les travailleurs, les couples, les fans de sports ? N'en déplaise aux gens, vous faites quelque chose de votre vie, merci bien, et vous la considérez bien riche ! Oui, les circonstances vous ont mis sur un chemin différent, peu usité, et qui peut paraître bizarre. Mais croyez moi, il peut s'avérer aussi riche que n'importe qui, et vous serez toujours prêt à le faire découvrir et partager avec tous ceux qui voudront bien lui laisser une chance plutôt que d'aussitôt le mettre de côté après le dernier « quoi de neuf ». La pression des autres aura longtemps causé de gros dégâts dans votre vie et vos attentes, mais aujourd'hui, vous le vivez de mieux en mieux en vous en préoccupant de moins en moins. Et alors, qu'ils pensent ce qu'ils veulent, qu'ils s'imaginent que votre vie est plate, sans ambition, sans objectifs, sans je ne sais pas quoi encore ! Vous, vous êtes content de votre vie. Cela vous aura pris beaucoup du temps et longues périodes terribles à vivre, mais aujourd'hui...si tout ne va pas bien, si la maladie est là, si les angoisses et la dépression guettent et continueront sans doute toujours de guetter... aujourd'hui, vous arrivez enfin à vous dire que vous êtes plutôt content de la vie que vous arriver à mener malgré tout. Elle n'est pas orthodoxe, elle n'est pas normale, mais elle vous convient ; vous vous y sentez bien complet ou presque, sans manque à combler parce que vous ne pouvez ps avoir de travail ou que les grandes ambitions ne vous manquent pas. Elle vous convient et, au fond, n'est-ce pas là tout ce qui devrait compter ?

    En pensant à la jolie serveuse, en pensant à ce que vous pensez ne plus jamais connaître un jour, en pensant au mal que la dernière femme de votre vie vous aura fait, sciemment et plusieurs fois, d'abord dans votre couple, puis dans votre amitié, ce qui fut pir que tout, vous ne pouvez vous empêcher de repenser à quel point elle avait voulu vous changer tout en prétendant le contraire. A vous faire croire que vous lui conveniez tel que vous étiez, elle avait fait de vous l'homme le plus heureux des monde. Celui qui pouvait être pleinement accepté en amour, celui avec qui on pouvait imaginer une vie, celui avec qui... Et puis au final, un mensonge de plus, longue durée celui-ci, et un abandon dès le moment où vous n'auriez pas pu être changé comme elle le voulait depuis le début. Et puis les mots, durs, bouleversants, causant bien plus de dégâts que prévu, vous mettant devant un fait accompli auquel vous aviez toujours essayé de ne pas trop penser : la famille. Quand elle vous avait dit que vous n'étiez pas fait pour une vraie relation à long terme, et encore moins pour une famille, les poignards ainsi plantés vous aurons au moins ouvert les yeux. En y réfléchissant vraiment, vous ne pouvez pas dire qu'elle a tort. Que pourriez-vous apporter à une femme ? A des enfants ? Seriez-vous capable de les élever, d'être un bon modèle ? Avec cette maladie qui rampera sans doute toujours dans un coin de votre esprit, vous laissant même parfois vivre heureux, mais avec elle quand même, toujours. Vous n'y aviez jamais pensé, et maintenant vous avez l'impression de pleurer un possible de plus. Ces mots vous suivent, et vous ne pouvez décemment pas en faire des mensonges. Pas ceux là Mais peut-être est-ce pour le mieux. Et puis vous rappelez d'un rêve que vous aviez fait il y a deux ou trois ans (vous faites rarement des rêves dont vous vous rappelez vraiment, et encore moins des rêves farfelus ; bien que celui où vous aidiez à combattre des dinosaures en compagnie de Spiderman et du chanteur Renaud commandant d'une escouade de soldats russes restera toujours dans un petit coin de votre tête). Il s'agit sans doute du rêve qui vous aura le plus bouleversé au réveil, et par la suite également ; aucun autre rêve n'a encore jamais égalé celui-ci en terme d'émotion pure. Dans ce rêve, vous étiez papa. Votre femme -elle n'avait aucune apparence dans le rêve, aucun visage, une pure abstraction- venait d'accoucher, et vous teniez votre bébé dan les bras. Ce que vous avez ressenti à ce moment là du rêve, vous seriez bien incapable de le décrire. Cela allait au-delà de la félicité, au-delà de la peur, au-delà des mots. C'était un instant unique, pour une émotion unique, dans un univers unique. Au réveil, vous avez pleuré. Vous ne savez toujours pas si c'était à cause de ce trop plein d'émotions que vous n'arrivez toujours pas à comprendre, ou si parce que vous saviez déjà que vivre un tel moment pour de vrai sous serait sans doute jamais impossible. Vous n'y aviez plus souvent pensé, à ce rêve, mais vous avez toujours pu sentir la marque qu'il avait imprimée en vous ; vous la sentez encore maintenant, à la fois chaleureuse, et à la fois en train de vous brûler, plus encore quand vous repensez à ses mots à elle, et à ce que votre vie, dans l'état actuel des choses, vous permettra ou non de vivre.

     

    Soudain il y a trop de bruit ; vous finissez la seconde eau apportée gentiment par la serveuse, payez, laissez un pourboire et sortez sous la pluie. L'agréable sensation de faire partie d'un groupe tout en se faisant copieusement ignorer par ce dernier était tout à coup devenue par trop oppressante, et vous aviez à nouveau d'air froid vous fouettant le visage, et d'une pluie humide vous descendant dans la nuque. Vous vous mettez en marche, déséquilibré, avec des gestes maladroits alors que vous n'avez pas avalez la moindre goutte d'alcool. Des soirs comme celui-ci, vous songez souvent à aller vous installer dans un bar pour boire plus que de raison, pour enfin se bourrer la gueule, enfin oublier. Mais vous n'avez encore jamais cédé à cette impulsion. Bien trop peur de perdre de contrôle, même comme prix de l'oublie. Vous vous retrouvez à la Riponne, et vous vous asseyez un instant sur la fontaine, attendant le bus. Essayant de vous réapproprier une place, un objet, qui est encore bien trop lié à elle pour votre goût. Mais ça va un peu mieux. L'angoisse est toujours là, mais vous êtes un peu plus calme. Toujours aussi seul, incapable de réussir à appeler un proche alors que vous en crevez d'envie ; mais vous n'y arrivez pas. C'est nul, c'est idiot, c'est comme ça. L'Everest. Foutue maladie. Mais le calme reste, parce que sous votre crâne quelques mots s'ordonnent déjà. Des phrases, des anecdotes, des ressentis. Cela fait depuis très longtemps que cela ne vous était pas arrivée, cette envie naturelle, et nullement forcée, de coucher sur le papier vos mots, votre expérience, vos peurs, vos espoirs. Alors vous prenez le bus, toujours seul mais avec vos mots à vous dans la tête ; des mots qui sonnent justes, qui viennent tout seuls, qui sont honnêtes, et jamais forcés comme beaucoup trop de vos mots lors de vos derniers textes de ce genre, où vous forciez à écrire pour écrire sans vraiment y croire. Pas cette fois. L'anxiété est toujours là, mais vous la comprenez tout à coup ; elle est assise à côté de vous dans le bus, et vous la voyez mieux que jamais depuis bien, bien longtemps. Vous savez que ces mots ne vont pas la détruire. Ce n'est pas le but. Mais vous apprenez de mieux en mieux à vivre avec. Vous rêvez à ce besoin que vous avez depuis quelques temps de vous isoler : un chalet en montagne, une cabane dans les bois quelque part, avec des livres, de quoi écrire et manger, et juste vous. Un besoin qui gronde au fond de vous, de plus en plus fort, cet appel de la retraite, non pas pour disparaître et vous replier sur vous-même, mais pour mieux revenir vers le monde, et vers tous ces proches que vous aimez tellement, même si vous n'arrivez pas à le leur montrer, à le leur exprimer comme vous le voudriez. Foutue maladie. Mais c'est votre maladie : vous ne la laisserez pas vous bouffer, pas tout le temps du moins ! Vous vivrez avec. Oui, un chalet, une cabane... L'idée continue de vous séduire, plus puissamment que jamais, et vous espérez plus que tout de trouver un moyen pour la réaliser un jour ; vite, ce serait bien. Vous en avez bien besoin.

     

    Le bus continue de rouler, et la musique de jouer dans vos oreilles ;vous espérez arriver assez vite chez vous pour que les mots ne se soient pas dissipés, que l'impulsion ne soit pas retombée, que l'inspiration -pour une fois tellement, tellement pas forcée- soit encore là ! Dans votre tête, ça commence comme ça : « Ce soir, vous avez eu envie de sortir. Comme ça, tout à coup, hop, sans avoir à la base rien prévue d'autre que de rester tranquillement chez vous à jouer à un jeu vidéo ou bouquiner du Terry Pratchett ... »


     

  • Les pieds froids

    Oui, il n'y a pas eu d'écrits depuis un certains temps dans le coin. Entre l'appendicite, les gastros, le manque d'inspiration et pire encore, la suite des aventures de Lucie, c'est pas gagné. Et je ne parle pas de pondre une historiette! Mais bon, comme toujours, je retrouve le chemin du clavier, ne serait-ce que par souci thérapeutique, quand les émotions débordent. Alors voici.

     

    ______________________________________________________________________________________

     


     

    Malade.

     

    Ça ne vous arrive pas souvent, mais ça vous fait une belle jambe. D'autant que parmi le peu de choses qui vous foutent la paix ces temps-ci, on y trouve au moins vos jambes. Qui font tout leur possible pour vous permettre de traîner votre corps déficient à son allure d'escargot, un pas après l'autre. Lit, canapé, cuisine, et on recommence, pas forcément dans cet ordre. En y ajoutant les innombrables visites express à la salle de bain. Non pas que vous répandiez tripes et boyaux sans discontinuer, même si vous auriez préféré, des fois que le mal de cœur y passe avec. Seulement, il paraît qu'il faut vous hydrater -ce qui tombe bien, vous passez votre temps à crever de soif- mais votre vessie n'y comprend plus grand chose. En même temps, vous n'avez jamais eu une vessie très futée et de toute façon, elle a toujours une patience équivalente à celle d'un gamin de quatre ans. De toute façon, vessie ou pas, vous êtes plus un tas de couvertures et peignoirs qui bougent mollement qu'un véritable être humain.

     

    C'est à croire que depuis votre appendicite, tout a subitement décidé de foutre le camp. Comme si machin qui s'est soudainement enflammé avait fait office de sonnette d'alarme pour vous dire :« Attention mon grand, fini la belle vie, tu vas souffrir maintenant, t'en prendre plein la gueule, et quand en seras réduit à un petit tas de vêtements de maison sur un coin de ton canapé et que tu finiras par péniblement en émerger, ce ne sera que pour mettre le pied sur un nouveau piège à souris du destin. En même temps t'avais qu'à ranger ton bordel hein, c'est pas ma faut si t'es pas ordré et que tu laisses traîner des trucs qui finissent par te tomber sur le coin de la pomme. Oh, et là je te fais vachement mal, alors il faudrait peut-être songer à te débarrasser de moi, mais c'est que le début hein, promis ! On s'appelle et on s'fait une bouffe ? ». Oui, votre appendice était du genre bavard, et si certaines personnes s'embarrassent dans leurs récits d'une escalope milanaise mutante, vous ne voyez pas pourquoi votre appendice ne serait pas sortie tout droit d'un cartoon, avec un monocle et un fez (« Because fezes are cool ! »).

     

    Et si l'appendicite, c'est un peu l'équivalent opératoire d'enlever un sparadrap et qu'à peine vous réalisez que tiens, vous êtes à l'hôpital, et bien vous vous retrouvez déjà chez vous, et bien ce n'était que le début des emmerdes. Pour parler crûment (ce qui n'est pas tant que ça dans vos habitudes, mais y a un moment où faut plus pousser et ou c'est juste marre ; et puis ça reste dans le thème, les intestins, tout ça). Non parce que bon, les trucs n'ont pas arrêter de vous tomber sur le coin de la pomme, sans jamais vous demander votre avis, vous laisser le temps pour souffler ou proposer de prendre part à une explication raisonnable autour d'une tasse de thé. Ils n'ont pas été aussi polis : ils se sont contenter de tomber. Un peu comme la foudre, mais sans priver de le faire au même endroit, et s'en s'essuyer les pieds avant d'entrer. Alors au bout d'un moment, faut pas s'étonner que sa lâche, comme les boyaux. Vous n'avez pas envie de sombrer dans l'auto apitoiement, mais trop c'est trop. D'autant que moralement, ça fait aussi son petit effet. Déjà parce qu'à force de vous traîner chez vous, entre vos quatre murs, et bien vous commencez à devenir sérieusement timbré. Et puis il est plus difficile qu'on ne le croit de tourner en rond dans un petit appartement, parce qu'on finit toujours par se cogner l'orteil contre quelque chose. Et comme l'extrémité du sachet de thé qui prend un malin plaisir pervers à s'échapper de vos doigts pour plonger dans la boisson, vous n'avez pas besoin de ça. Ça suffit maintenant, y en a ras le bol : des appendices, des gastros, des pieds froids et du reste. Parce que vous avez froid aux pieds. Vous qui n'avez presque jamais froid, qui dormez les fenêtres grandes ouvertes avec un simple drap fin pour vous couvrir tout l'hiver, et bien vous avez froid. Un froid issu de l'intérieur, qui s'injecte dans vos veines comme le produit anesthésiant avant une opération, un flot de glace liquide qui balaie les derniers îlots de chaleur préservés tant bien que mal par la tempête qui fait rage dans votre corps. Et quand vous n'avez pas trop froid, vous avez trop chaud, c'est à rendre fou. Mais les pieds, eux, restent obstinément froid, ce qui pose de sacrés problèmes logistiques au niveau du rendement des couvertures. Bref, vos pieds froids et vous n'en pouvez plus de traverser cette succession d'épreuves coincés chez vous, seul et misérable, si ce n'est pour votre propre compagnie. Qui n'est ces temps-ci ni très lucide, ni très jouasse.

     

    Peut-être que l'univers s'amuse maintenant à vous accabler de tout un bordel, mais vous ne lui avez rien demandé, à l'univers. Qui de toute façon, n'écoute jamais ce qu'on lui dit. C'est un peu son propre, à l'univers. Des milliards de planètes, de plans, des possibilités infinies, mais pas fichue de se faire un sonotone correct. Vous pourriez miser sur le karma, et attendre le lot de bonnes choses qui en résultera, mais vous croyez autant en ces conneries d'équilibre cosmique qu'en, disons, la possibilité de trouver un sens philosophiquement profond dans l'analyse d'un épisode de la saga « Twilight ». Non, l'univers, si vous le croisiez, vous lui récuriez la tronche à coup de brosse à chiottes avant de lui balancer un coup de binette dans la pomme. Non parce que bon, hein, vous croyez pouvoir dire sans trop vous jeter des fleurs que vous êtes un garçon plutôt gentil, affable. Un peu grognon quand vous avez envie de rester dans vos pantoufles, un peu râleur -question de principe- mais au final, pas méchant pour un sou. Du genre à hocher la tête et dire « ça va » plutôt que de vous précipitez dans un conflit inutile. Déjà parce que oui, en général, ça va. Vous avez fait un sacré chemin pour en arriver à vous dire ça mais force fut pour vous d'admettre à un moment que bon, d'accord, votre vie n'était pas parfaite, que vous n'aviez pas le contrôle sur tout, et que vous continueriez toujours d'égarer une chaussette après chaque lessive mais que globalement, ben, ça allait. Que y avait de quoi bien aller en tout cas et qu'une fois qu'on le réalisait, ben ça rendait les choses tout de suite non pas plus faciles -elles ne le sont jamais ; jamais!- mais plus gérables, plus abordables. Vous n'aviez plus à rester dans votre coin de peur de vous prendre une nouvelle tuile sur la tronche (même si à ce train là, vous aurez bientôt au final prit l'équivalent de deux ou trois toits sur la caboche). Qu'après tout, votre apologie du désespoir n'avait plus lieu d'être. Un rêve pieux de toute façon ; l'espoir restera toujours pour vous une drogue, un brin abrutissante, qui vous poussera toujours à relever la tête avant de la replonger dans la flaque, ne serait-ce que pour éviter de vous noyer. Le désespoir, le vrai, le pur, le dur, vous l'avez connu par le passé, et vous n'avez aucune envie de le retrouver si vous pouvez faire autrement. Le noir, le marécage, cette zone d'ombre glacée et solitaire dont on n'a l'impression que rien ne pourra jamais sortir et qui étouffe dans l’œuf le moindre germe d'un printemps nouveau (en même temps, qu'est-ce qu'un œuf fout avec des germes printemps nouveau, aussi). Mais quoi qu'il arrive, quoi qu'il se passe, le désespoir on peut s'en sortir, mais il projette toujours son ombre.

     

    Oui, donc, vous considérez être un gars plutôt sympa, gentil, pas cynique pour un sou et bêtement capable d'imaginer le meilleur dans chaque chose et à vouloir que tout se passe pour le mieux pour tout le monde, au point de passer dix minutes dans un supermarché à hésiter entre deux boîtes de petits pois de peur d'en laisser une seule et malheureuse de ne pas avoir été choisie (houla, dit comme ça, c'est quand même un problème qui doit remonter à sacrément loin mais tant pis, vous assumez). Vous l'étiez depuis toujours, et vous l'aviez retrouvé après une longue période creuse façon traversée du désert, repli sur soi-même, désespoir donc, et tous ces machins là qui poussent les gens à ne plus se raser, à vivre les stores tirés et à passer mille nuits sans sommeil en se raccrochant à n'importe quoi pour s'occuper l'esprit, qu'il s'agisse de se perdre dans les livres ou dans le déni. Vous vous étiez blindé, des fois qu'il pourrait vous arriver de ressentir à nouveau des trucs pour qui ou quoi que ce soit, et que ça pourrait à nouveau faire mal, à vous ou au qui ou quoi que ce soit en question, boîtes de petits pois comprises. Et puis le cocon s'est fendillé, vous avez mué, et ce n'était pas par un miraculeux caprice du destin, ou grâce à un événement révélateur sur le sens de la vie du genre de ceux qu'on croit imaginer pouvoir trouver dans un éprouvant périple en solitaire. Non, vous avez simplement finir par vous rappeler que vous aviez un cerveau -et pfou, vous y aurez mis, le temps !- et qu'en le connectant au cœur plutôt qu'en essayant de le substituer, et bien ça allait tout de suite mieux. Enfin, mieux, non, mais disons que c'était meilleur, ce qui n'était pas tout à fait la même chose. Vous vous êtes rappelé qu'il y avait un monde autour de vous, que vous en faisiez partie, et que vous ne sortiriez jamais de votre carapace si vous ne vous en débarrassiez pas pour plonger dans l'inconnu. Paradoxalement, de vous lier à nouveau au monde et aux gens qui le composent, avec tous les risques que cela encoure, cela vous a aussi permis de vous retrouver face à face avec vous-même dans le lot, et à un peu mieux comprendre qui vous êtes. Vous n'étiez plus en train de vous oublier. Car ce qu'on oublie facilement, c'est que ce n'est pas par l'isolement qu'on se retrouve, mais à travers autrui. Ou, du moins, à travers des expériences. On peut bien rester six mois (et vous avez fait ça plus longtemps) coupé de tout, ça peut faire du bien, mais ça ne règle rien. Vous, vous n'avez jamais vécu autant pour vous-même depuis que vous avez décidé de ne plus vous épargner le reste du monde. C'est étrange dit comme ça, mais ça marche. Ou du moins, ça marchait. Là, vous n'êtes plus très sûr. En même temps, depuis quelques temps, vous n'êtes plus très sûr de rien. Pourtant, vous étiez arrivé à atteindre ce stade béni qui vous permettait de voir le meilleur même dans la plus pourrie des situations, cet état qui permet de voir le bien dans toute chose, de profiter du revers de chaque médaille en le transformant en une nouvelle expérience plutôt qu'en une catastrophe sans équivalent. Mais quelque part, vous avez beau être un brave type tendance optimiste borderline naïf bien décidé à ne pas vous plaindre de ce que la vie met sur votre chemin même quand c'est une tarte dans la face, mais y a un moment où c'est marre. Tout simplement. Ras le bol. Ecoeuré, le bonhomme. Trop de tartes. A force de se relever sans cesse après un coup dur, il finit bien par arriver un moment où on se dit qu'il serait mieux et moins douloureux de rester couché, histoire de s'épargner le peu d'énergie qu'il nous reste. Et que l'envie de se retirer en boule dans un coin, sans plus rien demander ni attendre du monde, un gros casque sur les oreilles et des lunettes noires devant les yeux, ben ça devient carrément séduisant. Et puis après tout, merde, vous êtes humain, comme tout le monde (enfin, tous les humains, pas les arbres, les fleurs, les cailloux et tous ces machins, même s'ils ont quand même une vie bien moins compliquée, ces sagouins) ; au bout d'un moment, vous avez beau y mettre toute la bonne volonté du monde et voir le bien, vous allez finir par plier. Trop c'est trop, d'autant plus quand vous n'y êtes pour rien dans tout le bordel qui vous tombe dessus. C'est bien gentil d'y croire et d'essayer sans cesse mais au bout d'un moment, la machine se grippe et ça doit finir par casser. L'usine du bonheur met la clef sous la porte. Et quand on passe le calendrier des événements en revue, il y a un schéma qui en ressort, et c'est pas brillant : chaque essai qui compte, aussi bien qu'il ait commencé, a fini par se casser la gueule. Que ce soit vos entreprises scolaires professionnelles, sentimentales ou spirituelles, rien ne tient, vous finissez toujours par rouler misérablement en bas de la colline. Alors à la longue, quand on est pas con, on finit bien par additionner deux et deux et par rester couché. Histoire de cultiver son cynisme, afin de ressourcer par là ses réserves et de s'occuper de soi, et merde aux autres, au reste du monde et à l'univers. Non parce qu'il y a un moment où vous ne savez plus trop quoi faire pour continuer de mettre un pied devant l'autre, alors à quoi bon, franchement ? Deux et deux, ce n'est pas une addition compliquée.

     

    Seulement, vous n'avez jamais été très fort en calcule (et encore vous êtes gentil). On pourrait vous en présentez la preuve par neuf que vous n'y pigeriez rien, à toutes ces histoires. Ou alors vous finiriez par en oublier le résultat et à retomber les pieds devant dans vos travers à base d'espoir. Ressortir la tête de la flaque. Vous ne pouvez pas vous en empêcher, c'est maladif. Mais en même temps, vous avez grandi, vous avez mûri, vous avez appris à mieux connaître qui vous étiez réellement et il semblerait que cet espoir fasse partie intégrante de votre système. Sans lui, vous vous écroulez, vous vous retirez dans votre petit monde personnel loin des émotions et de tous ces trucs là souvent bien lourds. Et c'est chiant. Vous n'avez plus envie de passer à côté des trucs lourds. Même si vous avez une envie terrible de fuir dix jours loin de tout, vous savez que vous finirez par en revenir pas plus désespéré. Et vous l'acceptez faute de mieux, peut-être parce que vous avez mûri donc, et que vous êtes devenu plus fort, ou tout simplement parce que vous avez enfin trouvé en quoi croire, en quoi placer cet espoir qui n'a jamais cessé de déborder en vous par tous les trous, vous faisant patauger dans la flotte, la boue et les larmes. Seulement, ce sont vos larmes, et rien ni personne ne vous dira quand les verser, ou quand ne pas les verser .Vous vous accordez le droit à la vie, avec tout ce que cela ensuit. Et vous avez besoin de vous le rappeler, de vous le répéter et de vous l'écrire pour ne pas voir cette fragile charpente s'écrouler dans des moments difficiles, comme ces moments où vous êtes malade, ou le mal au coeur vous donne envie de l'arracher et de le balancer dans le Mont du Destin le plus proche, ou que vous avez les pieds froid. Vous essayez de rester celui que vous êtes devenu, et de vous rappeler que quoi que la vie et l'univers -qui a bon dos, vous l'avouez- vous balancent à la face, et bien cela vaut la peine de le recevoir, en bien ou en mal. Et de vous dire qu'un mal peut toujours redevenir un bien. Et toutes ces conneries. Même quand vous avez froid à l'âme comme maintenant, que votre corps vous trahit et que la solitude vous accable dans cette traversée de l'épreuve. Mais malgré toute votre foi, ce n'est pas facile. Ca ne l'est jamais mais là, vraiment, c'est compliqué. Il y a le schéma malheureux des répétions tragiques, l'énergie qui peine à être renouvelable, des enclumes qui tombent du ciel sur la croix où vous ne pouvez vous empêcher de mettre les pieds. Au final, ce qui est dur, c'est de se retrouver seul non pas avec soi-même, même seul tout court, coupé de son propre droit à influer sur les événements, privé de sa voix et visiblement condamné à voir des pans entier de la vie s'écrouler autour de vous sans même qu'on vous donne le droit de tout faire pour les retenir et les consolider. Et qu'au final, tout ce que vous pouvez faire, grand malade que vous êtes, c'est de garder prise sur votre affliction, de garder espoir dans la tempête.

     

    Mais ce n'est pas facile. Parce que rien ne les réchauffe, et que vous avez les pieds froids

  • Wash, rinse, repeat

    Pas de "Lucie" ni d'historiette aujourd'hui, mais une note purement bloggique qui permet d'évacuer les doutes et d'asseoir sa déttermination. Une sorte de purge et ça fait toujours du bien!

    __________________________________________________________________________________

     

     

    Il y a des jours où vous vous dites que la vie, ça devrait être aussi simple qu'une lessive. Cette pensée vous est venue, comme un lapin sortant de son terrier, tandis que vous étiez justement en train de la faire, votre lessive. Et si tout cela n'a finalement guère de rapport avec le lapin -vous étiez d'humeur champêtre côté comparaisons- il reste que vous aimeriez bien balancer tous les aspects qui habillent votre vie dans le tambour de la machine, avec un brin d'adoucissant et, surtout, un produit détachant du tonnerre. Qu'il serait agréable de laver à grandes eaux jusqu'aux moindres recoins de votre âme, et de renfiler votre peau après un tel décrassage. Tout ce qui vous affligeait serait nettoyé, tout ce qui bavait sur la couleur éclatante de vos perspectives d'avenir serait éliminé, et tout ce qui raidissait et alourdissait les plis de vos soucis serait adouci. Que vous vous sentiriez léger alors, à renfiler votre vie sur le dos, propre comme un sou neuf ! Et vous sentiriez bon, baigné d'une douceur et d'une fraîcheur bienvenues, et vous pourriez alors braver le futur d'un pied ferme, tous vos sales ennuis derrière vous. Comme un nouveau départ, mais avec les mêmes vêtements d'une même vie, lavés de tout ce qui menaçait de les voir finir dans la corbeille. Laver, rincer, recommencer.

    Évidemment, ce n'est jamais aussi simple. On ne peut jamais éviter totalement de se salir, de voir ses vêtements subir les usures d'un climat difficile, et on ne peut piocher indéfiniment dans l'armoire des habits neufs en évitant le problème, ce panier de linge sale qui traîne dans un coin. Oui, il est bien dommage de ne pas pouvoir éliminer une étape difficile de sa vie comme les tâches sur un pull, en enfonçant le tout dans une machine, appuyant sur un bouton et attendant que le tout nous revienne frais et étincelant. Ce serait bien. Mais la vie, ce n'est pas comme trier ses chaussettes et séparer les blancs des noirs. A tout instant, on risque d'être éclaboussé par un coup dur au moment où l'on s'y attend le moins, et ce même quand on a toutes les raisons du monde d'être épargné par les crasses qui nous tombent malgré tout dessus. Et c'est sans doute ce qui vous mine le plus, cette fatale impuissance face aux difficultés qui surgissent même dans le meilleur des mondes, un peu comme des mauvaises herbes finissant inévitablement par apparaître dans le jardin pourtant le plus propices aux merveilles. Le jardin est toujours là, sous les ronces et les herbes folles, mais la nature reste hors de contrôle et n'a besoin de personne pour décider de le recouvrir. Et vous avez un peu l'impression de vous retrouvé devant un grand pied de nez balancé par l'univers.

    C'est tout lui ça, l'univers. Tout se passait bien depuis quelques temps maintenant, vous étiez arrivé à un équilibre précieux que vous avez su maintenir avec une adresse et une facilité qui vous étonne, et vous viviez enfin quelque chose de profondément beau, de profondément apaisant et, surtout, de profondément juste et naturel. Et, vous avez même envie de dire, de mérité. Parfaitement. Et quand arrive le jour qui devrait permette à toutes ces nouvelles racines de croître, s'étendre et renforcer des fondations déjà solides, voilà que le tout butte contre de nouveaux obstacles, jusqu'ici dissimulés dans l'ombre. Des obstacles sur lesquels vous n'avez aucune prise directe, et qui semblent prendre un malin plaisir à accabler leur monde. Et tous les efforts que vous faites pour les surmonter semblent parfois ne pas suffire, et c'est à se demander quand vous allez finir par trébucher et vous écraser le nez dans la poussière.

    Et pourtant, malgré la difficulté, malgré tout ce qui peut décider de se dresser sur votre chemin, vous ne pouvez vous empêcher de relever la tête avec un air de défi face à l'adversité. Déjà, vous vous êtes assez écrasé le nez dans la poussière jusqu'à aujourd'hui pour que la peur de tomber vous paralyse. Votre nez, vous êtes prêt à le risquer, et votre cœur aussi. Vous en avez plus que ras le bol d'être accablé par cette foutue adversité, quelle qu'elle soit. Et vous refusez catégoriquement de vous dérober par quelque porte de sortie, même si une de ces dernières s'ouvrait soudainement devant vous. Vous passerez par la porte qui vous permettra de continuer votre chemin, et vous n'avez aucune intention de revenir en arrière, et ce dans tous les aspects de votre vie. Parce que vous avez trouvé ce qui vaut la peine de risquer la chute, et que vous ne pouvez imaginer l'abandonner sans tout tenter. Sans vous battre contre l'adversité (toujours elle, cette garce surgie de nulle part où vous n'attendez que de l'y renvoyer). Vous ne regrettez aucune de vos décisions, parce que vous en avez plus qu'assez de passer à côté de votre vie et de vous retrouver sans cesse avec de nouveaux regrets. La peur de vous planter, de vous faire mal, de la souffrance ne vous arrêtera plus, parce que ces dernières font aussi intrinsèquement partie de la vie que toutes les bonnes choses que cette dernière peut offrir. Et ces bonnes choses, vous y croyez. Vous y avez droit, vous les avez expérimentées et vous savez qu'elles existent. Même quand des problèmes surgissent pour les ensevelir sous les mauvais herbes, elles n'ont pas disparu, et vous allez faire en sorte de les révéler à nouveau. Quels que soient les risques, parce que le jardin vaut bien plus que la vie que vous mèneriez si vous vous contentiez de passer à côté de peur de trop en souffrir. Parce que vous savez enfin ce que se sentir vivre veut dire, que vous ne voulez plus vous épargner pour de mauvaises raisons, et parce que vous le devez à vous-même. Là où fut un temps, le découragement vous aurait charmé par sa facilité, vous n'éprouvez aujourd'hui qu'une détermination farouche et une résolution inébranlable face à l'adversité. Même si c'est difficile, même si vous devez mettre de côté de votre confort, même si vous devez attendre ; les épreuves que vous avez traversées vous auront appris la véritable patience, et vous êtes plus forts que vous ne l'avez jamais été. Meilleur aussi, vous osez enfin vous l'avouer. Alors même si les nouvelles épreuves qui vous attendent ne peuvent pas se régler aussi facilement qu'en mettant son linge dans la machine à laver, ou qu'en fermant les yeux pour espérer s'endormir et ne se réveiller qu'une fois les troubles passés, et bien vous n'allez certainement pas vous défiler. Au risque de vous faire mal, certes, mais c'est un risque que vous prenez désormais en toute connaissance de cause. Parce ce que ce sont des risques pareils qui valent mille fois la peine d'être vécus, et parce que vous avez le droit d'espérer. Votre apologie du désespoir, cette philosophie qui guidait un temps votre vie, a volé en éclat, mais pas seulement parce que vous êtes rentré dans les aléas -et les bonheurs de la vie- de plein fouet. Non, vous vous êtes aussi décidé à prendre le marteau (métaphorique le marteau, bien sûr ; vous êtes une catastrophe avec de vrais outils dans les mains) pour fracasser cette coque abrutissante, acceptant de perdre la protection qu'elle vous offrait. Parce que vous voulez vivre, quitte à risquer tous les coups dans la tronche qui menacent de vous tomber dessus. Qu'ils viennent. Et qu'ils ne comptent plus sur vous pour baisser les bras.

    Peut-être que c'est difficile, peut-être que tout ne va pas aussi bien maintenant que cela le devrait, peut-être que retrouver la beauté du jardin un peu caché prendra plus de temps et d'efforts que vous ne le pensez. Mais ce jardin est toujours là, vous l'avez vu, et ses fondations, ses racines sont solides. Et portent en elle de quoi l'épanouir, plutôt que de le détruire. Du moins avez-vous décidé du croire. Et ce sans la moindre garantie, mais vous croyez désormais qu'on ne peut espérer vivre sa vie en espérant des garanties. Pour quoi que ce soit. Rien n'est jamais acquis, et il faut toujours œuvrer, travailler à faire fructifier ses petits bonheurs comme ses grands. Et oui, peut-être qu'on ne peut pas toujours s'en sortir, mais cela n'empêche nullement d'essayer. Parce que vous y croyez. Et que vous savez que parmi tous ces futurs possibles qui vous attendent, il y en a qui valent foutrement la peine d'être patient, déterminé et prêt à l'effort. Et si vous devez tomber en chemin, tant pis. Vous vous relèverez. Vous l'avez déjà fait. Et vous refusez de croire que la chute est la seule destination, la fuite la seule alternative. Vous avez le potentiel de vivre quelque chose de beau, de vivre pleinement, et vous n'allez certainement pas gâcher cette chance. Quoi qu'en dise l'univers. Vous n'avez peut-être pas le dernier mot sur la résolution finale, mais vous n'avez pas perdu votre voix pour autant, et elle compte plus que jamais.

    La vie, ce n'est pas simple, et on ne peut pas se contenter de la passer dans la machine à laver quand ça va moins bien. Mais les crasses qui vous tombent sur le coin de la pomme n'efface pas les belles choses que vous avez vécues -et que vous vivez encore ! Elle les cache, seulement, et fausse les perspectives, surtout quand on a l'habitude du malheur. Mais il y a des habitudes qui sont faites pour être brisées, et la malheur est de celles-ci. Après tout, qu'est-ce qu'on risque ? Tout, diront certains. Peut-être est-ce le cas. Mais passer sa vie à avoir peur de tout perdre est le meilleur moyen pour se retrouver avec rien.

    Et vous, ce n'est même plus que vous avez envie d'y croire : vous le savez. Et finir par réussir à vivre le bonheur que la vie cache sur son chemin, ça vaut bien tous les risques. Et tant pis si c'est pour sortir de se machine tous ses blancs devenus noirs. Après tout, le blanc sera toujours là ; il ne restera plus qu'à le retrouver.